BLOG

Qu'attendez-vous vraiment ?



Derrière toute émotion, tout sentiment, toute croyance, se cache une attente. Quand on est triste, c'est la différence, le décalage, entre la réalité et l'attente que l'on en avait qui nous rend triste. La tristesse peut être due à la mauvaise surprise d'une attente non-réalisée. De la même façon, la joie peut être l'agréable surprise d'une attente réalisée. Les attentes sont en grande partie inconscientes. Elles se cachent derrière les émotions, les comportements, les pensées, qui n'en sont que des symptômes conscients. Et parfois, elles sont conscientisées directement sous la forme d'un dialogue interne. Lorsqu'on a une attente, ce peut être l'attente d'avoir quelque chose que l'on n'a pas, d'obtenir quelque chose. Ce peut être aussi l'attente de ne pas avoir ce que l'on n'a pas et que l'on ne souhaite pas avoir, de ne pas obtenir quelque chose. On peut aussi s'attendre à ne pas perdre quelque chose que l'on a déjà et que l'on souhaite garder, ou bien s'attendre à perdre quelque chose que l'on a, à ne plus avoir quelque chose dont on ne veut plus. D'une certaine manière, une attente est soit l'espoir d'un changement, soit celui d'un non-changement. L'attente part d'une idée dont on va attendre soit qu'elle se concrétise, soit qu'elle ne se concrétise pas.



Attendre un changement


Prenons un enfant qui s'attend à recevoir au moins 1 cadeau à noël. S'il en reçoit 1, il sera content, sans être fou de joie non plus. Son attente se sera simplement réalisée. Et pour lui, ce sera normal. S'il en reçoit 10, il sera comblé de bonheur, parce que le décalage entre le seul cadeau qu'il espérait et les 10 qu'il reçoit en réalité est suffisamment important pour créer une surprise agréablement positive. Si, au contraire, l'enfant ne reçoit aucun cadeau le jour de noël, il sera déçu, triste et/ou en colère, parce que le décalage entre la réalité et ce qu'il attendait est négatif : c'est alors une mauvaise surprise.


Si, maintenant, cet enfant s'attend à recevoir 10 cadeaux, son attente est déjà beaucoup plus exigeante. S'il en reçoit moins de 10, il risque d'être triste, en colère, et/ou déçu. Beaucoup plus que si son attente avait été de recevoir 1 seul cadeau.



Quelqu'un d'impulsif a souvent de nombreuses attentes cachées derrière son impulsivité, parce que de nombreuses émotions signifient aussi de nombreuses attentes, et plus les émotions sont fortes, plus les attentes derrière sont exigeantes. Dans une relation de couple, l'un peut avoir des attentes par rapport à l'autre : l'attente qu'il/elle fasse ou ne fasse pas quelque chose, ait un geste particulier, une parole particulière... Ce sont en réalité des attentes très difficiles à réaliser, parce que l'autre ne lit pas forcément dans les pensées de l'un, que cet autre peut aussi avoir des attentes et être concentré dessus, etc.



Attendre un non-changement


Si un enfant s'attend à ne pas recevoir de cadeau à noël, et qu'il n'en reçoit pas, ce sera, de son point de vue, normal : l'attente aura été réalisée. Mais s'il en reçoit 1 ou plus, cela suffira à le rendre heureux.



De la même façon, la peur provient d'une attente. Quelqu'un qui a peur de prendre l'avion s'attend en réalité à ce que l'avion s'écrase, ou à ce que le vol se passe mal. Il espère donc que l'avion ne va pas s'écraser, que tout va bien se passer. Il espère que son attente ne se réalisera pas. Quand on a peur que quelque chose arrive, on s'attend, consciemment, à ce que ça n'arrive pas. Mais l'attente inconsciente qui se cache derrière est que ça finisse par arriver. Parce que l'inconscient a besoin d'abord de créer l'idée de ce qui peut arriver, pour qu'ensuite on puisse consciemment essayer d'éviter que ça n'arrive. Et cela crée un conflit interne dans lequel on cherche à éviter ce vers quoi on tend.



Doit-on n'avoir aucune attente ?


Dans le cas où l'on s'attend à ce que quelque chose arrive :


Si l'attente se réalise :

  • Cela peut donner lieu à des sentiments positifs, comme la satisfaction ou la joie, dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser ;

  • Cela peut aussi donner lieu à des sentiments négatifs, comme la peur, la déception, la colère, dans le cas où l'on ne souhaitait pas voir cette attente se réaliser.

  • Si l'attente ne se réalise pas :

  • Cela peut donner lieu à des sentiments négatifs, dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser ;

  • Cela peut aussi donner lieu à des sentiments positifs, dans le cas où l'on ne souhaitait pas voir cette attente se réaliser.


Dans le cas où l'on s'attend à ce que quelque chose n'arrive pas :


Si l'attente se réalise, que cette chose n'arrive pas :

  • Cela peut donner lieu à des sentiments positifs, comme le soulagement dans le cadre d'une peur, dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser ;

  • Cela peut aussi donner lieu à des sentiments négatifs, comme la déception dans le cadre d'un couple, dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser.

  • Si l'attente ne se réalise pas, que cette chose arrive :

  • Cela peut donner lieu à des sentiments négatifs, comme la panique dans le cadre d'une peur, dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser ;

  • Cela peut aussi donner lieu à des sentiments positifs, comme la joie dans le cadre d'un couple (un cadeau inattendu par exemple), dans le cas où l'on souhaitait voir cette attente se réaliser.



On peut parfois s'attendre à ce que quelque chose n'arrive pas, et être ensuite déçu que ce ne soit pas arrivé. Dans ce cas, la réelle attente derrière cette attente est l'attente que ça arrive. De la même façon, on peut se persuader qu'on attend quelque chose et vouloir en réalité que ça n'arrive pas. Derrière toute attente consciente se cache une attente inconsciente. C'est cette attente inconsciente, et sa congruence par rapport à l'attente consciente, qui donne lieu à des sentiments ou émotions.



Je ne pense pas qu'on puisse réussir à n'avoir aucune attente, parce que ce serait alors une attente en soi. N'avoir aucune attente est l'attente inconsciente de ne pas avoir d'attente. Ce serait quelque peu paradoxal. Cependant, on peut jouer sur les attentes et faire en sorte de n'avoir que des attentes utiles, qui vont donner lieu à des sentiments positifs. En observant nos pensées, nos idées, en s'observant soi-même, il est possible de déceler nos attentes inconscientes. Le fait de les conscientiser et de les identifier peut permettre de les évaluer, d'estimer si elles sont plus ou moins exigeantes, plus ou moins faciles à réaliser, etc. Ces apprentissages pourront ensuite repasser à un niveau plus inconscient, et donc plus automatique.



Alors, qu'attendez-vous ?


Dans une relation, on peut attendre de l'autre qu'il soit comme on aimerait qu'il soit, et prendre le risque d'être déçu. Ou on peut choisir d'attendre de cet autre qu'il soit fidèle à lui-même, à qui il est vraiment. On peut choisir de l'aimer pour ce qu'il est, ni plus ni moins. Il y a alors moins de risque d'être déçu. De manière générale, plus on aura idéalisé l'autre, plus on risquera d'être déçu. Moins on l'aura idéalisé, c'est-à-dire plus notre représentation de cet autre sera proche de la réalité, moins on prendra de risque. On peut aussi choisir d'attendre de l'autre la représentation négative qu'on s'en fait, comme un anti-idéal de cet autre. C'est le cas, par exemple, lorsque quelqu'un nous fait une mauvaise première impression. On se le représente alors négativement, et il y a des chances d'être agréablement surpris lorsqu'on découvre qui il est vraiment. Il y a aussi des chances de rester dans l'illusion de cette attente et donc de ne pas lui laisser l'occasion de nous prouver que cette attente était fausse...



Comme nous avons tous un fonctionnement différent, il n'y a pas de façon d'avoir des attentes qui soit meilleure qu'une autre. Ce qui compte, c'est que vos attentes vous soient le plus utiles possibles, c'est-à-dire que leurs conséquences émotionnelles (ou autres) soit les plus positives possibles. Quand vous avez un sentiment, une émotion, quand vous dites ou faites quelque chose, quand vous avez une croyance, une certitude... posez-vous la question :


Quelle est l'attente qui se cache derrière ?


_____________________________________________________________________________


David Renassia – Thérapies brèves

Séances thérapeutiques sur consultations à Montpellier.

therapies@davidrenassia.com | 06.01.29.28.52

Facebook : Thérapies brèves - David Renassia


David Renassia

Hypnothérapie, hypnoanalyse, rêves éveillés, PNL

06 01 29 28 52

En consultation à distance par Skype ou par téléphone

  • Facebook David Renassia
  • Youtube

© David Renassia, 2020 - Tous droits réservés