Peut-on perdre le contrôle ?




La plupart des gens ont peur de perdre le contrôle. Et cette peur a plus ou moins d’impact sur leur vie. Mais alors pourquoi a-t-on peur de perdre le contrôle ou lâcher prise ? Avoir le contrôle relève du domaine de ce que l’on connait. Perdre le contrôle revient donc à se retrouver en terre inconnue. Et c’est bien souvent l’aspect inconnu qui nous fait peur. Le fait de ne pas savoir quoi faire, quoi dire ou comment réagir. Mais savez-vous toujours quoi dire avant de le dire ? Savez-vous toujours quoi faire avant de le faire ? La plupart du temps, on agit de manière automatique. Certaines réponses sont enregistrées inconsciemment et des programmes automatiques s’activent en réponse à telle ou telle situation. Alors, dans un sens, inconsciemment on sait déjà quoi faire avant d’avoir à le faire, et cela reste à un stade parfaitement inconscient. Mais la peur vient de la partie consciente. Dès lors que l’inconscient ne trouve pas de programme, c’est à la conscience de réagir et de répondre. Celle-ci, qui jusque-là était tranquille et n’avait qu’à suivre un plan inconscient, peut avoir l’impression de perdre un peu le contrôle inconscient qu’elle avait. La peur peut même finir par court-circuiter les programmes inconscients qui opèrent et que la conscience ignore.



Dans un sens, du point de vue interne, on ne perd jamais vraiment le contrôle. A un niveau très inconscient, nous possédons déjà en nous toutes les réponses adaptatives possibles et nécessaires à notre survie et à notre vie. De ce point de vue, la peur de perdre le contrôle est une simple illusion destinée à rassurer, à protéger, l’esprit conscient.



A une autre échelle, plus globale, d’un point de vue externe, on n’a jamais vraiment le contrôle. Un être humain ne peut agir qu’en partie sur son environnement, et il ne peut pas éviter les influences de cet environnement sur lui-même. Dès le départ, il est conditionné à être celui qu’il peut, ou ne peut pas, devenir, en fonction de ce qu'il a vécu, de ce qu'il a appris, de ses valeurs, de ses croyances, de sa morale... Il ne peut donc pas tout contrôler, puisqu'il ne peut contrôler de manière absolue ni les autres, ni le monde, ni même son propre corps ou son inconscient. Ici, le contrôle est encore une illusion.


Maintenant, on peut voir les choses d’une manière moins binaire, moins « tout ou rien ». On peut voir le contrôle et le lâché prise comme une seule et même entité, avec des doses de contrôle et de lâché prise variables et modifiables au cours du temps. Dans un certain sens, lorsqu'on a l’impression de lâcher prise, on contrôle une partie de ce lâché prise. De la même manière, pour avoir une sensation de contrôle, il faut en partie lâcher prise sur ce qu’on ne contrôle pas.



Finalement, tout dépend du point de vue dans lequel on se place. De là où on décide de porter notre attention. Si vous vous faites mal à la jambe, plus vous porterez votre attention sur cette jambe, plus la douleur sera présente et consciente. Mais si vous vous cognez la tête juste après, votre attention sera inévitablement déplacée et vous ne ferez plus du tout attention à la douleur dans la jambe. Elle paraîtra moins présente, moins consciente. De la même façon, si vous vous focalisez sur le fait de vouloir tout contrôler, vous y arriverez de moins en moins bien, ou alors ce sera de plus en plus difficile de garder le contrôle. Par contre, toutes les fois où vous aviez un parfait contrôle sont celles où vous ne vous posiez simplement pas la question. Vous étiez simplement concentré ailleurs. Pour prendre un exemple plus simple, si je vous dis de ne surtout pas penser à un chat noir, vous êtes sûrement déjà en train d’y penser. Pourtant, jusqu'à maintenant il vous était très facile de ne pas y penser. Le mental n’arrive en effet pas à exécuter une négation directement. Pour faire disparaître quelque chose, il doit d’abord faire apparaître ce quelque chose. Cependant, dans notre société et notre culture, nous avons développé une façon de penser assez négative au niveau de la conscience. Et cela crée parfois des espèces de paradoxes dans lesquels plus on essaie de ne pas faire, plus on fait.



Pour sortir de ce schéma, il faut lâcher prise. Mais on ne peut lâcher prise qu’en arrêtant d’essayer de le faire. Quand on n'y arrive pas, c'est parce qu'on essaye de ne pas contrôler. Le premier pas vers le lâché prise serait donc, finalement, d'accepter de contrôler. Le processus de contrôle étant plutôt conscient et celui de lâché prise plutôt inconscient, on ne peut lâcher prise, dans l'absolu, qu'en n'étant pas conscient de lâcher prise. C'est le même principe que pour le processus d'apprentissage. Pour contrôler, on doit apprendre à contrôler. D'abord, on ne sait pas qu'on ne sait pas : on est inconsciemment incompétent. Puis on sait qu'on ne sait pas : on est consciemment incompétent. Après un apprentissage conscient, on sait qu'on sait : on est donc consciemment compétent. Et, petit à petit, le savoir passe dans le domaine inconscient : on devient inconsciemment compétent. A ce moment-là, lorsqu'on passe expert dans un domaine, c'est comme si les choses se faisaient toutes seules, et il devient plus difficile d'expliquer comment on fait. De la même manière, lâcher prise, si ce n'est pas naturel, est un apprentissage. Si l'on demande à quelqu'un qui contrôle comment il fait pour contrôler, il aura peut-être du mal à répondre, parce qu'il est inconsciemment compétent pour contrôler. Et si on a appris à contrôler, alors on peut aussi le désapprendre, jusqu'à devenir inconsciemment incompétent dans le fait de contrôler. Et cela reviendrait à lâcher prise.

_____________________________________________________________________________


David Renassia – Thérapies brèves

therapies@davidrenassia.com | 06.01.29.28.52

Page Facebook : Thérapies brèves - David Renassia

Séances thérapeutiques à Montpellier sur consultations.

David Renassia

Hypnothérapie, hypnoanalyse, rêves éveillés, PNL

06 01 29 28 52

En consultation à Montpellier ou à distance via Skype

  • Facebook David Renassia
  • Youtube

© David Renassia, 2020 - Tous droits réservés