BLOG

Les rêves

Depuis tous temps, le mécanisme des rêves soulève de nombreuses questions et suscite la curiosité de bon nombre d'entre nous. Le rêve revêt une dimension un peu mystique, un peu magique, dans le cadre des rêves prémonitoires par exemple. La science ne sait toujours pas expliquer ce genre de phénomènes. On sait ce qu'il se passe physiologiquement lorsqu'on rêve, quelles zones spécifiques du cerveau sont activées, etc. Mais psychiquement, cela reste encore bien mystérieux.



Le cycle du sommeil


Durant le sommeil, on distingue 4 phases qui forment un cycle. Une nuit comprend en général entre 4 et 6 cycles. Et un cycle dure environ 90 minutes. Lors d'un cycle, la dernière phase est celle du sommeil paradoxal. Paradoxal parce que, durant cette phase, le cerveau est aussi actif, sinon plus, que dans un état d'éveil. C'est durant la phase de sommeil paradoxal que l'on rêve. Et dans la nuit, on rencontre cette phase 4 à 6 fois. Juste après le sommeil paradoxal, il y a un état de micro-éveil pendant lequel on est en état de conscience modifiée. En général, on ne se réveille pas à ce moment-là tant que la nuit n'est pas finie ; on reste dans un état de semi-conscience, et on repart pour un autre cycle. On ne se rappelle pas non plus de ces phases qui succèdent et précèdent chaque cycle. Et à la fin de la nuit, on a oublié beaucoup de choses, parce que l'état de sommeil est très inconscient. Parfois, on se rappelle d'un rêve qu'on a fait, de certains détails plus que d'autres, parfois pas. Parfois encore, c'est très détaillé et très conscientisé...



Différents types de rêves


On peut faire différents types de rêves. Parfois, on est à l'intérieur de soi, parfois on n'a plus le même corps que dans la réalité, parfois on a l'impression d'être partout à la fois, parfois on est hors du rêve, comme un observateur... On peut avoir des points de vue différents dans nos rêves. On peut aussi faire des rêves érotiques, des cauchemars, des rêves prémonitoires, des rêves qui apportent des solutions, des rêves très clairs, d'autres qu'on ne comprend pas du tout... Alors que veulent dire tous ces rêves ?


Certaines communautés considèrent que les rêves sont essentiels, comme une deuxième vie que l'on aurait pendant qu'on dort, dans une autre dimension temporelle et/ou spatiale. Chez la tribu des Sénoïs, découverte par Kilton Stewart en 1940, les rêves occupent une place centrale. Tous les jours, les Sénoïs se rassemblent pour parler de leurs rêves. S'ils font un cauchemar, ils doivent aller au bout du cauchemar et affronter leurs peurs, jusqu'à ce qu'ils gagnent. S'ils font un rêve érotique avec un autre membre de la tribu, ils doivent le remercier. S'ils entrent en conflit dans leurs rêves, ils doivent ensuite régler leur conflit dans la réalité. Les Sénoïs étaient, parait-il, très respectés par les autres tribus, très équilibrés, et ils n'auraient connu ni maladies psychiques, ni guerres, ni conflits d'aucune sorte. Ils seraient connus pour leur apparente absence de peurs qui inspirait le respect.



Le rêve : un langage métaphorique


Ce qui s'exprime dans le rêve, c'est ce qu'on a appelé l'inconscient. C'est cette substance intangible qui nous insuffle la vie et la conscience. Et le langage de l'inconscient, c'est le langage du rêve ; celui de l'imagination, des métaphores. Le rêve est avant tout une histoire. Cette histoire parle de vous ; de votre éducation, de vos choix, de vos expériences... de tout ce qui fait que vous êtes vous. Dans un rêve, ce qui compte, ce n'est pas tant le contenu mais la structure, ce que ce contenu représente pour vous. Le message derrière le rêve est caché dans la métaphore utilisée, dans ce que vous vivez dans le rêve, dans la façon que vous avez de le vivre, dans les choix que vous faites à l'intérieur du rêve. Il y a donc autant de façon d'interpréter un rêve que de façons de rêver, le rêve et ses significations étant subjectifs. Bien souvent, il ne faut donc pas s'arrêter au premier degré. Il faut essayer de voir derrière, de lire entre les lignes du rêve. On peut rêver d'une souris et ça peut simplement renvoyer au message "Souris !", du verbe sourire, et ne rien avoir à voir avec l'animal... L'inconscient aime bien jouer avec les différentes perceptions et émotions, les ambiguïtés phonologiques et autres tournures poétiques. L'inconscient communique par l'expérience, par le vécu. Et il n'est pas utile de se souvenir de tous nos rêves. Pour la plupart des rêves, il est même mieux que cela reste complètement inconscient. Parce que le conscient, le mental, essaye de comprendre. Quand on a une information, on essaye d'en faire quelque chose, on essaye de l'utiliser, de la rendre utile. Et parfois, cela empêche quelque chose, à un autre niveau, de se faire. C'est pour cela que nous avons tous régulièrement des amnésies, des trous de mémoires, des oublis en tous genre. Un peu comme si l'inconscient reprenait la main sur ce qui ne nécessite pas d'intervention consciente de votre part. On passe d'ailleurs notre temps à oublier ce qui n'est plus utile de se rappeler dans le présent... On peut donc se souvenir qu'on a rêvé, avoir l'impression d'avoir réellement vécu quelque chose, et même d'en avoir encore certaines sensations ou émotions, comme quand on se réveille d'un cauchemar avec un sentiment de peur intense. Et pourtant, on peut ne pas se souvenir du contenu du rêve. On peut même finir par douter du fait qu'on a rêvé. Pourtant, il s'est bien passé quelque chose. Chaque nuit, il se passe quelque chose, comme une reprogrammation, une actualisation inconsciente, de tous nos programmes internes, et même peut-être de ce qu'on appelle la personnalité. Comme si nous devenions chaque nuit qui nous sommes. Ce qui est important, c'est de vivre le rêve, d'avoir les états internes associés. Le contenu de l'histoire du rêve n'est qu'un moyen, une stratégie inconsciente pour permettre aux apprentissages de la journée d'être triés et intégrés. On peut parfois s'en rappeler et essayer de l'interpréter. Comme si, parfois, l'inconscient demandait à la partie consciente de l'aider, de travailler avec lui.



Les rêves lucides


On peut décider de rêver d'une autre façon, de gagner un peu de contrôle sur nos rêves. Le rêve en lui-même se décidera toujours de manière inconsciente ; l'inconscient pose le cadre, il détermine la structure. Mais on peut agir dedans d'une manière plus ou moins consciente. On peut s'apprendre à savoir quand on est dans un rêve, on peut s'apprendre à faire des rêves lucides. La plupart du temps, on ne sait pas qu'on est dans un rêve tant qu'on y est. On ne s'en aperçoit qu'après. Parce qu'à ce moment-là, la seule réalité qui existe au niveau psychique est celle du rêve. Quand on a peur dans un rêve, on a les symptômes physiques de la peur. On vit tout de la même façon que dans la réalité, et même de façon exacerbée, plus intense parfois. Comme le cerveau marche par associations et répétitions, nos rêves reflètent la vie réelle telle qu'on la vit et telle qu'on la perçoit. Dans un rêve, on pense de la même façon, on agit de la même façon, on a les mêmes valeurs, les mêmes croyances, la même morale...



On pourrait donc utiliser ce principe pour s'apprendre à faire des rêves lucides, un peu comme dans le film Inception, dans lequel ils utilisent un "totem" pour savoir quand ils sont dans un rêve et quand ils sont dans la réalité. Le totem du personnage principale est une toupie. Cela peut être un bon moyen de savoir que l'on rêve. Si on s'habitue à faire tourner une toupie avec l'intention qu'elle ne s'arrête pas, qu'elle continue de tourner à l'infini, on va prendre l'habitude de faire tourner la toupie, d'avoir cette idée avec cette intention, à un niveau plus inconscient ; cela va s'intégrer à l'univers du rêve... Et si à un moment la toupie ne s'arrête pas, c'est qu'on est dans un rêve. Mais il y a une infinité de possibilités en fonction de ce qui vous parle. Un ami à moi m'a dit un jour que, pour savoir si il est dans un rêve ou dans la réalité, il regarde l'heure sur son portable. Il détourne ensuite la tête et regarde l'heure à nouveau. Si l'heure a complètement changé, c'est qu'il est dans un rêve. Mon totem a été de sauter sur place avec l'idée que j'allais m'envoler. A chaque fois que je me suis envolé, c'était dans un rêve - ou en jetpack. Si cela vous intéresse, vous pouvez essayer de trouver ce que pourrait être votre totem et vous habituer à y penser régulièrement, à développer cette idée qui n'est possible que dans un rêve.



Rêver, ça s'apprend


C'est bien sûr un apprentissage, et ça demande un certain temps et un certain entrainement. Mais cela peut instaurer une bonne base de communication conscient-inconscient, entre soi et soi. On peut par exemple, avant de se coucher, demander (à l'inconscient) de nous donner la solution à un problème sous la forme d'un rêve. C'est un peu comme passer une commande. Et les résultats de cette simple demande peuvent être surprenants. De manière générale, on peut obtenir des choses étonnantes avec une bonne communication intérieure. Pour donner un exemple personnel, j'ai appris, après un certain temps, à "me réveiller" dans la plupart de mes rêves, à accéder à la partie consciente de mon inconscient. Je peux ensuite m'apercevoir que je suis dans un rêve et décider de me réveiller pour le noter, ou bien de rester endormi en prenant le risque de l'oublier à mon réveil, quelques cycles de sommeil plus tard.



Journal onirique


Il y aurait, je pense, encore énormément de choses à dire sur ce sujet, et surtout à apprendre et à vivre. Je tiens, depuis un certain temps, un "journal onirique" dans lequel je note tous les rêves dont je me souviens. A la façon des Sénoïs, peut-être pourrons-nous apprendre, dans nos rêves, à mieux vivre ; peut-être sont-ils une clef de la communication inconsciente, comme des entre-deux qui nous donneraint accès à une partie de nous à laquelle on n'avait, jusqu'alors, pas accès... Et vous, que vous disent vos rêves ?

_____________________________________________________________________________


David Renassia – Thérapies brèves

Séances thérapeutiques sur consultations.

therapies@davidrenassia.com | 06.01.29.28.52

Page Facebook : Thérapies brèves - David Renassia


En consultation à distance par Skype ou par téléphone

  • Facebook
  • YouTube

© 2020 David Renassia - thérapies | Tous droits réservés