BLOG

Être vs Avoir

Qui sommes-nous vraiment ? Sommes-nous ce que l'on a ? Sommes-nous définis par ce que l'on possède ? Les choses que l'on possède finissent-elles par nous posséder ?



Être et avoir sont deux manières de se définir, de se percevoir, et il y a souvent une confusion entre les deux. On a tendance à se définir par rapport à ce que l'on possède, par ce que l'on a plutôt que par ce que l'on est. On ne cherche pas à être heureux : on veut avoir le bonheur. Mais qu'est-ce que le bonheur ? Que faut-il posséder pour être bien dans sa vie, pour être épanoui, pour être heureux ?




Avoir



Nous vivons dans un monde matériel régi par les possessions. Notre qualité de vie se mesure en fonction des richesses que l'on possède, en fonction de notre argent, de nos biens matériels, du nombre de diplômes que l'on possède... Nous sommes au service de l'avoir, et avons tendance à penser que c'est ce que l'on a qui fait ce que l'on est. Si on nous enlevait ce que nous avons, saurions-nous encore qui nous sommes ? Que resterait-il ? Comment nous définirions-nous ? Dans une société fondée sur les apparences, sur les possessions, sur la notion de capitalisme individuel, sommes-nous contraints, pour exister, à posséder de plus en plus de choses ? Est-ce cela qui fait le bonheur de l'être ?


On peut avoir de nombreux amis, avoir de nombreuses relations, et se sentir seul à l'intérieur...


On peut posséder une belle et grande maison, avoir beaucoup d'argent, une voiture de sport, et se sentir pauvre à l'intérieur...


On peut avoir des relations sexuelles, mais l'amour ne s'achète pas...


On peut avoir plein de choses à manger et avoir pourtant toujours faim...


On peut avoir une bonne santé, des médicaments, des soins, et se sentir malade à l'intérieur...


On peut avoir de bonnes paroles, avoir plein de choses à dire, sans parvenir à couvrir le silence à l'intérieur de soi et se sentir vide...


On peut avoir tout un tas de règles et de croyances, et n'incarner aucune valeur...


On peut tout posséder, et pourtant désirer toujours plus, sans ne jamais être comblé.



Être



Certains n'ont rien, et ils semblent pourtant être plus heureux que ceux qui possèdent tout. Lorsqu'on parvient à se détacher des choses qui nous possèdent, on peut voir ce que l'on est vraiment, voir derrière les artifices sous lesquels on avait l'habitude de se cacher. Lorsqu'on cherche à avoir, on finit toujours par rechercher ce que l'on a pas. On finit par être dépendant de toutes ces possessions. Nous sommes dépendants d'un certain niveau de confort, de certaines relations que l'on croit posséder, de l'argent, de notre moyen de transport... de toutes ces choses qui nous donnent l'impression d'avoir un certain contrôle sur notre vie, alors qu'en fait ce sont elles qui nous contrôlent.


Alors qu'est-ce qui nous rend vraiment heureux ? Ce sont des moments, des instants passés et vécus en conscience, des moments des bonheur, de joie, de tendresse, de partage, de rire... Des moments que l'on partage non pas avec des avoirs, mais avec des êtres. Repensez aux moments qui vous ont vraiment rendus heureux. Qu'aviez-vous besoin d'avoir pour les vivre ? Qu'aviez-vous besoin d'être ?





Être vs Avoir


On parle bien d'êtres humains, et non d'avoirs humains. On ne peut rien posséder qu'on ne finissent par perdre. Par contre, ce que l'on est, cela nous appartient ; c'est ce qui reste lorsque ce que l'on avait s'en va. On parle d'avoir un mari, une femme, un ami, une copine, etc... mais on ne peut pas posséder un être, ni être possédé par quelqu'un. On peut seulement le croire, en avoir l'illusion. Dans beaucoup de relations toxiques, c'est cette confusion entre être et avoir qui est en jeux. Dans le cadre d'une jalousie excessive, on parle d'ailleurs de possessivité. Et quand on cherche trop à avoir quelque chose (ou quelqu'un), et pas assez à être simplement avec, on finit par le perdre.


Quand on est dans l'avoir, on veut toujours plus. On finit toujours par désirer ce que l'on n'a pas encore. C'est une faim sans fin.


Quand on est dans l'être, on l'est quoi que l'on ait. On ne dépend pas de ce que l'on a, de ce qui nous entoure, parce qu'on a appris à s'en contenter, à ne pas dépendre de notre environnement. C'est une fin sans faim.


Tout le monde connaît l'adage : "L'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue". Et bien je pense qu'on peut généraliser cela de cette façon : l'Avoir ne fait pas le bonheur de l'Être, mais il y contribue. Quoi qu'il arrive, nous vivons bien dans un monde fait de matière, et le mieux est sans doute d'arriver à faire avec, de pouvoir Être sans que ce soit remis en question par ce que l'on A. Le problème n'est pas de chercher à avoir, mais de confondre ce que l'on a et ce que l'on est. Peut-être que ce qui nous définit vraiment, ce qui fait ce que l'on est, réside aussi dans notre façon d'avoir ce que l'on a.






David Renassia – Hypnothérapie, hypnoanalyse, PNL, rêve éveillé

Séances thérapeutiques sur consultations à Montpellier et à distance (sur Skype).

contact@davidrenassia.com | 06 01 29 28 52

Facebook : Thérapies brèves - David Renassia

Youtube : Méthadam

David Renassia

Hypnothérapie, hypnoanalyse, rêves éveillés, PNL

06 01 29 28 52

En consultation à distance par Skype ou par téléphone

  • Facebook David Renassia
  • Youtube

© David Renassia, 2020 - Tous droits réservés